Entre Le Cap d’Agde et Nice

Entre Le Cap dAgde et Nice
Album : Entre Le Cap d'Agde et Nice

11 images
Voir l'album
Agde Nice 2
Album : Agde Nice 2

6 images
Voir l'album

Cliquez sur la photo pour voir l’album

Après ce bon WE de repos, on part en Camargue : les premières crevaisons, les moustiques, le vent de face, les rizières, les chevaux, la belle ville d’Aigues Morte et les stars locales : les flamands roses ! C’est plat, un peu austère, mais joli. On campe protégé du vent dans un chemin, rois du monde au milieu de nul part, sous la pleine Lune et ses éclairages étranges… Tout va bien, on fatigue moins que la semaine passée, on fanfaronne en pensant qu’on n’a moins de 100 bornes pour atteindre Marseilles (on en fera plus de 120).

Mardi, balade pour sortir de Camargue, le vent nous pousse, mais la route est plus large, on se retrouve entouré de camions, du coup, on repense l’itinéraire, traversant Martigues sous le soleil, puis la côte magnifique, escarpée – premières côtes mais ça va – puis on entre à Marseilles, par une 4 voies bouchonnées, quel succès avec nos vélos slalomant entre les voitures à l’arrêt ! Le Vieux Port, puis une fois encore, super accueil chez des amis d’amis. La lumière est superbe, depuis Bordeaux, la végétation change de jour en jour, et les accents sont de plus en plus marqués, à Marseilles ça klaxonne et vit, quant à nous, on pue !

On repart requinqué et propre par la côte, survolant les calanques et Cassis, ça grimpe puis descend sans cesse, on se régale de paysages et de soleil, les villas sont immenses, la mer bleue, les Porsches remplacent petit à petit les Clio… un bac nous mène de la Seyne sur mer à Toulon, puis on campe vers Hyères les Palmiers dans un terrain vague infesté de moustique faut de mieux – les accueils de camping ferment à 19H, on se fait jeter de partout ! Les paysages changent, on est près de salines, tout plat en bord de mer, les collines juste derrière.

Après un petit déj’ au bar des Alliés, ou les accents d’ici sonnent au réveil, on roule vers Port Grimaud (quelle horreur), la mer est fraîche et requinquante, on dormira cette fois-ci propre dans un camping à 30 km de Cannes au pied de belles falaises roses, ou l’orage trampe tente et hamac. Réveil mal réveillé. On passe alors par la corniche de l’Esterel, puis quoi de mieux que la croisette cannoise pour faire sécher le matos ? On étale tout au pied du Palais du festival, ou Guy Roux nous salue, on est tout fier derrière notre double toit séchant ! Bon, j’aurai préféré Bellucci, mais on fait avec ce qu’on a !

C’est vite Antibes puis Nice, on évite de peu la pluie grace à l’indispensable pression de fin de journée, abrité sous un auvent de café. Là, on est chaleureusement accueilli dans une villa surplombant la ville, magnifique endroit planté d’oliviers (qq’uns sont millénaires), le soleil est revenu, on en profite bien aujourd’hui pour faire… rien, et repartir demain, franchir la frontière italienne ! La semaine a été très belle, paysage et climat, moral au top, jambes de plus en plus aguerries – on fatigue bien moins déjà : Pourvu que ça dure !



Balade entre bordeaux et agde…

p9090032.jpgp9090033.jpgp9110038.jpgp9110039.jpgp9110040.jpgp9110041.jpgp9110045.jpgp9110048.jpgp9110049.jpgp9120051.jpgp9120050.jpgp9120052.jpgp9120053.jpg
Départ lundi 8 comme prévu, à 9H17. Yann nous accompagne, nous photographie, c’est donc lui qui a pu mettre qqs photos du départ. Ca se passe pas mal pdt
les 60 premiers kms, puis je commence à vouloir tout abandonner, à la première grosse côte ! Tout l’intérêt de se balader à 2, Manu me donne suffisament
d’énergie pour continuer. On termine la journée autour d’une excellente pression, après avoir traversé de beaux vignobles, vus de belles bâtisses, piqué
qqs grappes appétissantes. On campe un peu plus loin, sur le bord du canal enfin rejoind : on n’aura que du à peu près plat pour la fin de la semaine.

Première nuit réparatrice avant de rejoindre Toulouse, via Agen, en longeant le canal des 2 mers ; on a passé qqs aqueducs impressionnant, et toujours de
beaux paysages. Au menu des cueillettes : pommes, kiwis pas mûrs, raisins. Les figues suivront. Après 138 km, on arrive à demi-mort chez Lucie Buchoud et
ses collocs ; ils nous ressucitent là encore avec une bière fraîche, et on parle voyage, étonnant non ? On gagne au passage un eventuel point de chute à
Beyrouth… y’a plus qu’à !

Les étapes sont désormais plus courte : 105 km avant Carcassonne où on est super bien accueilli là encore, on y prend goût. Bonne soirée en bonne compagnie,
visite de la cité le matin, départ en début d’aprèm : il nous reste 150 km avt le cap d’Agde, on y va cool. Qqs gouttes nous incitent à nous abriter pour
la nuit, on campe donc sous le canal, magnifique immense aqueduc qui nous a efficacement protégé d’un orage… qu’est pas passé si près finalement. Au menu,
rougail saucisse et compote pommes figues raisins pour le petit déjeuner. On avait peur que l’eau monte et nous noie, mais elle est pas monté, et on est tjs là ! On rejoind alors Marie, une ex-squatteuse de la
Réunion, à Béziers, puis les potes bordelais au Cap d’Agde chez une grand mère super accueillante. Là, ça fait 2 jours qu’on glande, c’est bien aussi, la
mer est un peu froide mais c’est pas grave !

En gros, ça se passe bien on est ravi, on espère tjs faire grosso modo 500 km semaine, ça se mets en place quoi… laissons les jambes faire le reste, je
laisse le clavier à Manu pour les anecdotes.

Quoi ajouter de plus ? il a déjà presque tout dit, mais bon, il écrit beaucoup mieux que moi !!! c’est aussi bien comme ça !
peu après toulouse, nous avons appris par la bouche d’un enfant, et la vérité sort toujours de la bouche des enfants, que nous avons des bouées accrochées
à nos vélo ; moralité : on ne peut pas se noyer. Nous avons également commencé le concours du nombre de chutes à l’arrêt dû au manque de temps pour
déclipser nos chaussures, et là, j’avoue que Loulou a une bonne longueur d’avance sur moi, puisqu’il a atteint la moyenne d’une chute par jour, alors que j’en suis
seulement à la chute par semaine ! Quant aux différentes courbatures et autres maux musculaires, j’avoue que le mal de fesses fut permanent pour nous deux
cette semaine, ces deux jours de repos vont être bénéfiques. Mal au genou gauche plus ou moins permanent toute la semaine mais vivable et pédalable
donc tout va bien, juste un peu mal au tendon d’achille droit en fin de semaine mais qui sera vite passé (enfin, j’espère !!!).
Après ces quelques 500km on a déjà accumulé un peu de crasse sur nos superbes montures, il va falloir penser à un petit nettoyage et « regraissage »
des dérailleurs avant de repartir.

Demain, on repart, on espère être à Marseille dans deux jours, puis à nice en fin de semaine et après, c’est l’Italie !!!

conclusion : PLUS ON PEDALE MOIS FORT, MOINS ON AVANCE PLUS VITE !
Merci Maude

 



Le départ !

Les « 2 pédalent » sont partis ce lundi 8 septembre 2008 à l’aube… ou presque… ou pas !

Voici quelques images du début de notre aventure…

img7812.jpgimg7813.jpgimg7817.jpgimg7818.jpgimg7825.jpgimg7829.jpgimg7838.jpgimg7843.jpgimg7852.jpg



Petit tour à New York |
Au pays des mangakas |
Voyage au bout du monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une Belle Villa en Corse po...
| En route pour le Cambodge
| adelineetbenoitsandiego2